Créneaux de recherche - Cégep de Sept-Îles

Recherche

CRÉNEAUX DE RECHERCHE

Le Cégep de Sept-Îles a comme vision stratégique d’assurer la consolidation et le développement de ses créneaux de recherche déjà établis et de bien poser les assises des secteurs en émergence.

Cette vision s’inscrit à l’intérieur d’un modèle intégré de développement de l’enseignement supérieur en région et propose un système d’innovation qui en découle.

Ces créneaux correspondent pour la plupart à des unités internes du Cégep, mais certains sont aussi le fait d’organismes à but non lucratif (OBNL) avec lesquels des ententes de gestion sont convenues. Ils font l’objet de divers travaux. L’objectif est d’établir et de mettre en œuvre une programmation d’activités, une capacité de recherche correspondante  (ressources humaines, matérielles et financières) de même qu’un cadre organisationnel performant. Les créneaux évoluent en fonction du contexte ou des intérêts des chercheurs concernés.

Les créneaux de recherche établis constitués en unités internes au Cégep :

  • maintenance industrielle
  • ferroviaire
  • énergétique
  • écriture nord-côtière

Les créneaux de recherche en émergence opérés également à l’interne :

  • soins infirmiers en dispensaire
  • Internet des objets

Les  créneaux de recherche établis opérés par des OBNL :

  • entrepreneuriat
  • valorisation des innovations 

Pour en savoir plus :

Maintenance industrielle

Le  Cégep  de  Sept-Îles a obtenu, en 2008, la reconnaissance d’un Centre collégial de transfert de technologie (CCTT) en maintenance industrielle.

Depuis 2011, il est connu sous l’appellation d’Institut technologique de maintenance industrielle (ITMI).

logo de l'Institut technologique de maintenance industrielle

L’ITMI poursuit ses activités dans trois domaines :

  • l’information et la formation
  • l’aide technique
  • la recherche appliquée

De plus, il doit desservir l’ensemble du Québec dans la spécialité qui lui est propre. La reconnaissance de l’ITMI a été renouvelée pour cinq ans, en 2019.

En vertu de son énoncé de mission, l’ITMI entend offrir aux entreprises un accompagnement sur mesure dans l’amélioration  de  leur  productivité  et  de  leur  compétitivité,  et  ce, par  le développement  et l’intégration de solutions intelligentes misant sur des technologies de pointe donnant lieu à des activités de  recherche,  d’innovation  et  de  transfert  de  connaissances  en    maintenance industrielle.

Dans  le  contexte  de  la  transformation  numérique  caractérisant  la  quatrième  révolution  industrielle, l’ITMI entend être un acteur reconnu à l’échelle du Québec pour son expertise dans l’intelligence et la performance des systèmes industriels. Les orientations stratégiques de l’ITMI se déclinent en fonction de quatre enjeux : 

  1. Assurer une croissance ordonnée des activités.
  2. Accroître la capacité d’intervention et les retombées par la contribution de collaborateurs.
  3. Mettre en place des équipements et infrastructures spécialisées.
  4. Confirmer la présence dans des domaines de pointe.

L’ITMI compte une équipe de conseillers techniques et de chercheurs encadrée par un directeur et du personnel  administratif.  Des  étudiants  stagiaires  se  joignent  aussi  ponctuellement à l’équipe. Dans  le cadre de ses projets, l’ITMI collabore activement avec des partenaires industriels et institutionnels.

Ferroviaire

Le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) a attribué au Cégep de Sept-Îles, en 2012, une Chaire de recherche industrielle en exploitation et maintenance ferroviaire.

Les recherches menées visent à améliorer la performance du réseau ferroviaire, notamment la fiabilité des infrastructures et des équipements, de même que des méthodes d’exploitation.

Les opérations ferroviaires de la région sont caractérisées par des convois longs et lourds, et des conditions climatiques souvent extrêmes en milieu isolé. Autant de défis qui font appel à des solutions pouvant s’appliquer dans des contextes similaires ailleurs au Canada et dans le monde.

Dans le cadre de son renouvellement pour cinq ans en 2018, la Chaire poursuit des projets portant sur :

  • l’analyse de l’état des voies ferrées par système de caméras laser
  • l’application du système de géopositionnement FOTOS (For Optimal Train Operation and Stability)
  • le traitement automatique des données des consignateurs
  • des protocoles de communication en région nordique isolée
  • le déploiement de technologies de sécurité pour les travailleurs de la voie ferrée et d’inspection de cette dernière dans des endroits difficiles d’accès
  • l’électrification des sites isolés
  • le développement des compétences des PME sous-traitantes
  • la contribution à la formation de personnel hautement qualifié

La Chaire est sous la direction d’un titulaire qui s’appuie sur une équipe de conseillers techniques et de chercheurs pouvant parfois être partagée avec l’ITMI. Des étudiants stagiaires peuvent aussi se joindre ponctuellement à cette équipe.

Les partenaires industriels de la Chaire sont :

  • ArcelorMittal Mines Canada
  • IOC QNS&L (Rio Tinto)
  • Transport ferroviaire Tshiuetin

Énergétique

Le développement des activités de recherche à connotation énergétique réalisées par l’ITMI et la Chaire ont amené la création à l’hiver 2018 d’une unité de recherche distincte, le Centre de recherche en réseaux intelligents et systèmes énergétiques (CERISÉ).

Sous l’appellation d’Inergia, cette unité de recherche a comme axes d’intervention :

logo de Inergia
  • les réseaux intelligents
  • les microréseaux
  • les systèmes industriels
  • les bâtiments intelligents
  • l’efficacité énergétique industrielle
  • la sécurité informatique des réseaux électriques et des systèmes énergétiques

Les enjeux stratégiques identifiés sont liés à :

  • la viabilité économique et technique des activités
  • des compétences devant être diversifiées, complémentaires, à la fine pointe et partagées
  • des impacts sur la formation, l’industrie les connaissances scientifiques
  • au rayonnement dans l’industrie, en milieu académique, auprès du grand public et chez les jeunes

Inergia est sous la responsabilité directe du directeur de la recherche et de l’innovation du Cégep de Sept-Îles qui voit à l’embauche de chercheurs et au partage de ressources avec les autres unités.

des chercheurs devant le Green Cube

Groupe de recherche sur l’écriture nord-côtière

Fondé en 2005, au Cégep de Sept-Îles, grâce à l’initiative de Pierre Rouxel, le Groupe de recherche sur l’écriture nord-côtière réunit des chercheurs d’horizons divers, principalement des sphères collégiale et universitaire.

logo du Groupe de recherche sur l'écriture nord-côtière

Tous les collaborateurs du GRÉNOC ont cet intérêt commun pour la Côte-Nord, et particulièrement celle que présentent les textes, qu’ils soient :

  • littéraires
  • historiens
  • sociologues
  • géographes
  • créateurs
  • lecteurs avertis

Le GRÉNOC analyse un corpus varié en tentant de cerner en quoi les textes qui abordent ou traitent de la Côte-Nord présentent un imaginaire particulier, différent d’autres textes québécois, par exemple.

  • récits
  • recueils
  • études
  • essais
  • journaux
  • notes de voyage
  • lettres 

Mission

Faire l’inventaire en les relisant et les commentant des textes qui disent, dans des langages divers, l’immense région qu’est la Côte-Nord.

Par écriture nord-côtière, on entend tout texte qui parle de la Côte-Nord, de façon concrète, imagée, symbolique, précise ou allusive: on définit alors l’écriture nord-côtière à partir du référent textuel géographique, historique ou culturel; par textes, on entend tout type de textes, littéraires ou non; par la lecture, le commentaire et l’analyse, on cherche à comprendre comment s’élabore la représentation de la Côte-Nord dans les textes.

Mener à bien des projets d’éducation, d’animation, de diffusion et de sensibilisation.

Publier une revue annuelle, Littoral, afin de rendre compte de ses travaux de recherche.

Visitez la page Facebook du Grénoc

Soins infirmiers en dispensaire

La recherche sur les soins infirmiers en dispensaire a comme prémisse la mise en place d’un projet de dispensaire urbain formulé en 2015 et qui a fait l’objet de discussions depuis lors.

Le dispensaire urbain se veut un centre dédié à l’enseignement clinique à des étudiantes infirmières et étudiants infirmiers de niveaux collégial et universitaire (1er, 2e et 3e cycle) ainsi qu’à des étudiants issus d’autres disciplines (physiothérapie, médecine, kinésiologie, travail social, psychologie, etc.) ou de domaines connexes (bureautique, informatique, comptabilité et gestion, etc.) dans un milieu urbain où des soins infirmiers de première ligne doivent être dispensés de façon exemplaire et sécuritaire.

Ce projet novateur mobilise trois acteurs essentiels :

  • le Cégep de Sept-Îles
  • l’Université du Québec à Chicoutimi
  • le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord (point de service de Sept-Îles).

Le dispensaire sera localisé dans le pavillon universitaire Alouette et l’unité clinique de soins infirmiers du Cégep sera agrandie pour les besoins des étudiants universitaires.

étudiantes en soins infirmiers autour du mannequin haute fidélité

Internet des objets

Le Cégep de Sept-Îles est en demande de reconnaissance par le CRSNG d’un Centre d’accès à la technologie des objets connectés et des solutions industrielles embarquées (IoT-Centre).

Ce centre viendrait augmenter la capacité expérimentale d’autres unités de recherche et faciliterait la mise en œuvre d’innovations dans les domaines suivants :

  • capteurs intelligents et systèmes embarqués à faible coût, robustes et économes
  • plateforme pour l’expérimentation sur le Big Data
  • outils d’analyse des performances et d’aide à la décision
  • plateforme de type « Android industriel »
  • applications de condition monitoring sur téléphones et tablettes
  • laboratoire de maturation technologique

Le Centre sera sous la responsabilité du directeur de la recherche et de l’innovation du Cégep de Sept-Îles.

chercheur en systèmes embarqués

Entrepreneuriat et innovations

Dans la perspective d’une extension de ses activités de recherche, le Cégep de Sept-Îles a mis en place en 2017 le Centre d’entrepreneuriat et de valorisation des innovations (CEVI)

Ce centre mène des projets d’incubation d’entreprises en lien avec le concept d’Industrie 4.0 et gère un Centre d’excellence sur l’intelligence et la performance des systèmes industriels (I-Prysme) reconnu par le ministère de l’Économie et de l’Innovation (MÉI).

Il est aussi pressenti par le MÉI pour être l’organisme porteur du pôle régional d’innovation de la Côte-Nord. 

Vivez l'expérience du Cégep de Sept-Îles directement sur votre téléphone.
Aperçu de l'application
Téléchargez l'application dès maintenant pour iOS et Android